Les Nives du Pays Basque

Accueil » Territoire de pêche » Les Nives du Pays basque

La Vallée de la Nive

La vallée de la Nive est sans conteste la plus emblématique du Pays Basque pour la pêche de la truite. La beauté de ses paysages et la qualité de ses rivières sauvages lui valent une notoriété nationale. C’est un véritable paradis pour les pêcheurs de truite. Ce bassin versant est constitué de plus de 1000 km de cours d’eau qui dévalent des montagnes du canton de Saint Jean Pied de Port, la capitale de la basse Navarre. L’altitude des sommets du bassin varie entre 800 à 1400 mètres. Contrairement aux Gaves situés à l’est des Pyrénées Atlantiques, les Nives ne subissent pas de fonte de neige car les montagnes à l’ouest de la chaîne des Pyrénées sont moins hautes. La proximité de l’océan génère une importante pluviométrie qui alimente un réseau hydrographique dense et des profils de rivière variés qui permettent de pratiquer toutes les techniques de pêche (mouche, toc, tenkara). Les rivières principales de ce territoire de pêche d’exception sont la Grande Nive, la Nive des Aldudes, la Nive d’Arnéguy, La Nive de Béhérobie, Le Lauhribar et le Bastan.

Vallée des Aldudes à Urepel

La Nive ou Grande Nive

La Nive, plutôt appelée grande Nive par les pêcheurs locaux, se forme à la confluence de 3 plus petites rivières : La Nive de Béhérobie, de la Nive d’Arnéguy et du Laurhibar. Le lieu exact est situé à l’aval immédiat de Saint Jean Pied de Port et surnommé de fait, « les 3 eaux ». Large d’une quinzaine de mètres, elle s’élargie et gagne en puissance à mesure qu’elle dévale et traverse les villages d’Osses, Bidarray et Itxassou. Sur ses 10 premiers kilomètres, son profil est plutôt encaissé excepté le secteur du camping de la truite (Ascarat) ou elle s’étale temporairement. Lorsqu’elle arrive à Saint Martin d’Arrossa, elle recueille les eaux de la Nive des Aldudes ou Nive de Baigorry en rive gauche puis celle du Laka qui arrive en rive droite depuis les pentes du Baigurra (côté Osses). C’est là que commence un parcours de gorges fréquenté par les entreprises de sports d’eaux vives (Rafting) qui s’étend sur 6 km. C’est un secteur difficile d’accès réservé aux pêcheurs sportifs que je conseille d’éviter en journée. A partir de Bidarray, la Nive s’étale et son profil alterne entre rapides, larges radiers et pools profonds à l’instar des grandes rivières pyrénéennes. Son lit se resserre une dernière fois en gorges profondes du « Pas de Roland » à Itxassou jusqu’à Cambo les bains où elle termine son parcours en 1ère catégorie piscicole à seulement 20 km de Biarritz et les plages de la côte Basque.
Côté pêche, on l’appréhende différemment des petites Nives, en remontant ses bordures à la recherche de truites postées ou en déployant nos plus longues dérives dans ses courants. La Grande Nive, c’est un peu le cimetière des éléphants. Les truites sont moins nombreuses que sur les petites Nives mais ce sont souvent de splendides géniteurs qui y coulent leurs vieux jours. Il est possible de pêcher la truite de mer qui remontent en banc de l’Estuaire de l’Adour au printemps. La Nive, classé Natura 2000, possède encore une population naturelle de saumons atlantiques et des espèces devenues rares à l’échelle européenne (Lamproie marine, Lamproie fluviatile, Lamproie de planer, Anguille, Alose, Loutre, Vison d’Europe). Suivez le guide à la découverte de ce patrimoine naturel exceptionnel.

La grande Nive au camping de la truite

La Nivelle

Situé au sud du bassin de la Nive, la Nivelle est un fleuve d’une quarantaine de kilomètres qui nait en Navarre et se jette dans l’océan à Saint Jean de Luz. Véritable laboratoire à ciel ouvert de l’INRA pour la recherche sur le comportement et la biologie des salmonidés, cette rivière abrite encore quelques saumons, aloses et truites de mer qui viennent s’y reproduire. Son cours principal et ses affluents présentent des parcours très intéressants. Je la décris souvent la Nivelle comme une rivière école tant pour la pêche à la mouche que pour la pêche au toc car « les coups » sont faciles à lire. L’affleurement régulier de la roche mère forme de longs courants où les truites se concentrent lorsqu’elles chassent. Son affluent principal est le Lizuniaga qui descend des versants de la Rhune et traverse le village de Sare avant de confluer juste en amont du pont de Cherchebruit (quartier de Saint Pée sur Nivelle). C’est un affluent très intéressant car les truites y sont nombreuses et de taille correcte (20 à 25 cm).

La Joyeuse à Hasparren

La Joyeuse est la rivière du secteur d’Hasparren. Elle naît au pied du Baigura à Hélette et draine les valons de Mendionde, Macaye et Bonloc avant d’atteindre la plaine de La Bastide Clairence où elle passe en seconde catégorie piscicole. Après un parcours d’environ 50 km, elle se jette dans l’Adour à Urt. Cette petite rivière est une curiosité du réseau hydrographique du Pays Basque. Ses fonds composés de sable et de gravier donnent à ses eaux une teinte particulière. Ici, nous sommes plus éloignés des montagnes et pourtant la pente, le profil et l’isolement de certains secteurs rappellent quelques affluents des Nives. Au milieu des collines, de la forêt et des pairies, il faut parfois parcourir plusieurs kilomètres avant de retrouver une route ou un chemin. Le toc est la technique qui se prête le mieux à cette rivière mais elle est aussi parfaite pour toutes les techniques de pêche en nymphe au fil.

La Joyeuse à Hasparren

La Nive des Aldudes

Affluent majeur de la Grande Nive, cette rivière et ses tributaires les plus importants sont d’un intérêt halieutique certain. On remonte son cours en traversant les villages de Saint-Etienne de Baigorry, Banca, les Aldudes et Urepel où elle prend sa source. En basque, Urepel signifie « eaux chaudes » et fait sans doute référence à la source dont l’eau sort à température constante toute l’année (10°). Elle s’écoule en plus sur un substrat calcaire qui explique pourquoi la Nive des Aldudes est la rivière où la taille moyenne des truites est la plus importante même sur sa partie amont. C’est la vallée la plus prisée du bassin. Sur tout son cours, la pente importante en fait une rivière sauvage qui offre un décor de rêve pour la pêche. Son affluent principal est l’Hayra à Banca qui traverse la forêt du même nom. C’est un magnifique ruisseau de 3 ou 4 m de large en moyenne où les géniteurs viennent se reproduire en nombre. La vallée des Aldudes et ses produits locaux tels que la truite de Banka (Goicoetchea) ou le jambon du Kintoa (Pierre Oteiza) raviront les pêcheurs gourmands.

La Nive des Aldudes

La Nive de Béhérobie

Elle tient son nom du lieu-dit « Béhérobie » désignant l’emplacement du célèbre hôtel restaurant « Les Sources de la Nives » à Esterençuby. Elle sort d’entre les blocs de la rive gauche du ruisseau d’Harpea (éponyme de la célèbre grotte) à quelques centaines de mètres en amont du restaurant. Jusqu’à sa confluence avec l’Esterenguibel, son lit est chaotique et parsemé de blocs calcaires qui sont autant de postes à prospecter. Plus bas, la rivière s’étale et elle alterne entre grands profonds et radiers. Sur tout son cours, ses rives sont couvertes de buis. La densité de truite y est importante.

La Nive de béhérobie à Saint Michel

La Nive d’Arnéguy

Du col d’Ibaneta jusqu’au village d’Arnéguy, c’est la Nive la plus sportive à pêcher. Sur cette partie sauvage où les gorges et les cascades se succèdent dans un décor renversant, elle marque la frontière avec la Navarre (province du Pays Basque côté Espagne). Ses 2 berges deviennent françaises en aval du bourg d’Arnéguy et ce qu’elle forme la grande Nive au 3 eaux. Plus bas, elle s’écoule dans un contexte plus rural et devient beaucoup plus accessible. C’est la rivière la plus fréquentée par les saumons en période de reproduction.

La Nive d'Arnéguy à Lasse

Le Lauhribar

Le Laurhibar nait dans une étroite vallée coincée entre la crête du pic de Béhorléguy et le pic des Escaliers. Depuis sa source, les cascades s’enchainent au pied de parois rocheuses ruisselantes, dont la végétation parait tropicale. A cet endroit, il est appelé en Basque « Ilhounatzeko erreka », le ruisseau sombre. Le Laurhibar s’assagit et devient plus accessible à partir de Mendive lorsqu’il traverse la vallée de l’Hergaray au milieu des prairies. Sa ripisylve particulièrement développée rend la pêche un peu acrobatique. La taille moyenne des truites n’est pas très élevée (18-20cm) mais leur densité piscicole est remarquable. Son affluent principal est le Beholéguy avec lequel il conflue juste en aval de la pisciculture d’Iraty à Ahaxe.

Le Lauhribar à Mendive

Le Bastan à Bidarray

Le bastan est une perle du bassin qui se jette dans la Nive à Bidarray. Il nait en Navarre de la confluence de 2 ruisseaux : Urrizateko erreka et Aritzakun erreka. C’est une vallée très sauvage où il y a très peu de fermes et de maisons, seulement des grands espaces de montagnes abrupts. Entre la face sud de l’Artzamendi et la face nord d’Iparla, le Bastan s’écoule sur un lit de blocs de grès rose qui lui donne un caractère singulier. L’eau très claire rend la pêche technique mais au combien intéressante. C’est un véritable écrin de nature où la contemplation du pêcheur prend tout son sens.

Le Bastan à Bidarray

Offrir un bon cadeau

Offrez un bon cadeau pour un stage de pêche à vos proches passionnés de pêche ou curieux de découvrir ce loisir 100% nature. Pour un anniversaire, noël, un départ en retraite ou une occasion spéciale, le bon cadeau pêche est parfait pour offrir une expérience de pêche au Pays Basque unique avec un moniteur-guide de pêche professionnel.

 

Me contacter

A propos

MADE IN RIVER – Glenn DELPORTE
06 66 60 84 42
10 Clos du Sabaou, 64200 Biarritz

Moniteur-guide de pêche diplômé (N°BP031120341)
N° de carte professionnelle d’éducateur sportif : 06413ED0008
Siret : 82782411100021

Autres liens

La newsletter